Comprendre et saisir le « moment favorable » par Jean-Pierre Rosa

Jean-Pierre Rosa est intervenu dans la seconde table ronde du congrès de Montréal.  Il nous livre ici une version écrite  un peu plus développée de sa méditation sur le rapport au temps dans nos sociétés contemporaines.

Il évoque l’évolution du rapport au temps dans la civilisation occidentale, depuis le 5è siècle avant Jésus Christ. Temps cyclique, puis temps historique introduit par la pensée judéochrétienne. La modernité invente ensuite la notion du progrès, où le temps apparaît comme une flèche orientée. Le temps devient alors objectif. Avec la post modernité, le temps s’accélère et l’espace s’abolit. L’époque actuelle nous donne la possibilité, et peut-être la nécessité  de dissocier le temps objectif, extérieur, social, et le temps subjectif, éminemment personnel, dont l’acte de création artistique permet particulièrement de faire l’expérience. Dans cette perception, apparaît une autre dimension d’un temps relié à la personne en relation, et à la transcendance. Cette « heure », ce moment favorable, cette dynamique interne aux événements invite à un regard positif sur le temps que nous vivons.

Jean-Pierre Rosa est philosophe et Secrétaire Général des Semaines Sociales – France

Pour lire son article, cliquer sur ce lien

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.