Géologie d’une fable

géologie d'une fableEric Deniaud et Aurélien Zouki, du collectif Kahraba au Liban, partenaires du congrès, font part de la création de leur dernier spectacle jeune public à Beyrouth. Le spectacle  est présenté à l’occasion de la «  Belle Saison » à l’Institut Français du Liban.
Puis il part en tournée dans l’ensemble du pays ( Liban ) pour 21 représentations.
Il sera présenté entre autres dans les camps de réfugiés palestiniens, mais aussi pour des enfants syriens et libanais.
Géologie d’une fable mêle conte, danse et manipulation de matière et de son. L’élément central de cette création est l’argile: par couches par plaques, par tas, par blocs, en bas -reliefs, modelée en direct etc… donnant vie aux figures et aux espaces.
C’est à partir de cette matière première que les deux interprètes remontent la généalogie de nos fables et de leurs origines. On sait que pour écrire leurs fables, La Fontaine, Marie de France se sont inspirés d’Ésope, qui s’est nourri lui-même des fables persanes. Les fables persanes arrivent très certainement d’Inde… et ainsi de suite, depuis la dérive des continents sans doute et probablement même avant que la parole soit si élaborée. La première fable a peut-être été simplement modelée dans l’argile.
Il s’agit de la transmission de la parole, de ces sagesses naïves qui nous sont confiées d’âge en âge, de territoire en territoire.
Cette remontée dans le temps, cette traversée dans l’espace, nous rappellent aussi qu’il n’y a pas si longtemps nos frontières n’étaient pas aussi définies qu’elles le sont aujourd’hui et que les seules choses qui, peut-être, peuvent encore les franchir sont nos pensées et nos
histoires.
Longue vie à ce spectacle !
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.